Si la plupart des anciens trains internationaux acceptaient les vélos non démontés, l'arrivée des TGV a détérioré les choses. Ni Thalys, ni les TGV, ni les ICE n'autorisent en effet l'embarquement de vélos non démontés au départ de la Belgique. Seule l'Union européenne pourrait contraindre les opérateurs via une modification de son règlement ferroviaire.

Si le Parlement européen semble prêt à imposer huit emplacements vélo dans chaque train, c'est au Conseil européen que reviendra le dernier mot. Nous en appelons donc au soutien de notre ministre de la mobilité à la volonté du Parlement d'adapter son Règlement sur les droits et les obligations des passagers du rail.

Pour remplir votre B.A., nous vous proposons ce courrier prêt à l'emploi à l'adresse info@bellot.fed.be

 


Courrier

Monsieur le Ministre de la Mobilité,

Le nombre de personnes qui voyagent à vélo à travers l'Europe augmente considérablement. L’Union Européenne consacre elle aussi des efforts importants à la création d’un réseau d’itinéraires vélo à l’échelle européenne. Cependant, à l’heure actuelle, le moyen le plus pratique pour démarrer ou revenir d’un de ces itinéraires est l’utilisation… de la voiture individuelle ! Ce qui annule tous les bénéfices environnementaux des déplacements à vélo.

Alors que la plupart des anciens trains "classiques" de jour ou de nuit acceptaient les vélos, l'arrivée des TGV a considérablement et paradoxalement détérioré les choses pour les cyclistes : à de très rares exceptions près, les trains internationaux n'embarquent plus de vélos non démontés.

Pour changer les choses, il faut profiter de la refonte actuelle du "Règlement sur les droits et les obligations des passagers du rail", dont la version de 2007 stipule en son article 5 que “les entreprises ferroviaires autorisent les voyageurs à emporter leur bicyclette dans le train, si elles sont faciles à manipuler, si cela ne porte pas préjudice au service ferroviaire spécifique et si le matériel roulant le permet, et moyennant un paiement éventuel.”

Le parlement européen propose actuellement cette nouvelle formulation :

Les passagers seront autorisés à embarquer leurs vélos à bord des trains, y compris à grande vitesse, longues distances, transfrontaliers et locaux. Tout matériel roulant neuf ou rénové devra inclure, au plus tard deux ans après l'entrée en vigueur du présent règlement, comporter un espace clairement indiqué pour le transport d'au moins 8 vélos non démontés. Les entreprises ferroviaires, les vendeurs de billets, les tour opérateurs et - quand c'est pertinent - les gestionnaires de gares, devront informer les passagers, au plus tard à l'achat du billet, des conditions de transport des vélos sur tous les services, en accord avec le règlement UE n°454/2011.

Les nouveaux ICE-4 sont désormais équipés de 8 places vélo. La DB démontre ainsi qu'il n'y a pas d'obstacle technique à ce que d'autres compagnies ferroviaires le fassent également. Toutes les compagnies disposeront par ailleurs du temps nécessaire pour effectuer les opérations techniques de mises en conformité de leurs rames.

Nous vous demandons donc de soutenir activement cette proposition au prochain Conseil européen, au bénéfice de millions de passagers du rail, et conformément aux engagements de la Belgique sur la qualité de l'air, la mobilité et le tourisme durable. Ce qui passe par une combinaison train/vélo performante à l'échelle internationale.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre, l'expression de ma considération distinguée.

Signature


 

13974 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ