Le GRACQ Sud de l'Entre-Sambre-Et-Meuse a lancé comme défi à 12 de ses communes de mettre en place une « rue scolaire » durant la semaine de la mobilité.

Après avoir rappelé aux élus de 12 communes du sud de l’Entre-Sambre-et-Meuse l’importance d’utiliser leur droit de tirage au Plan d’Investissement Communal (PIC) pour réaliser des aménagements cyclables, le GRACQ Sud ESEM leur donne maintenant comme challenge d’initier une « rue scolaire » sur leur entité.

Ce dispositif léger repris dans le Code de la Route permet de fermer une rue où se trouve une école pour en réserver l’accès aux modes actifs (cyclistes et piétons), ceci tout en gardant l’accès pour les riverains ou les services publics. Généralement, la voirie sur laquelle se trouve l’établissement scolaire est fermée à la circulation automobile une demi-heure voire une heure, matin et soir.

Les avantages sont nombreux, le plus important étant sûrement d’offrir à nos enfants un air plus sain, loin des particules fines émises par les véhicules. Cela permet aussi d’éviter les embouteillages ainsi que les situations accidentogènes (dépôt d’enfant au milieu de la chaussée, parking gênant…) et pousse les parents à changer leur comportement en faveur d’une mobilité plus durable.

 

Le GRACQ Sud ESEM se met à disposition des communes pour les aider à réaliser cette expérience durant la Semaine de la mobilité, en septembre 2019. Un petit guide édité par Bruxelles Mobilité proposant une feuille de route pour la mise en place d’une rue scolaire a été fourni à chaque élu. Ce guide conseille une phase test de minimum trois mois avant une mise en place définitive. Nous espérons que la réflexion qu’aura suscitée l’expérience poussera plusieurs communes à poursuivre le processus. Les écoles vont être contactées dans un futur proche pour les inclure dans la démarche.

En attendant, les membres du GRACQ Sud ESEM planchent déjà sur un autre projet avec diverses associations locales : une parade de vélos décorés qui aura lieu le 21 septembre, samedi de la Semaine de la mobilité.

Il ne s'agit pas du premier défi lancé aux communes par le GRACQ Sud ESEM. En mars 2019, le groupe avait déjà invité chaque conseil communal de 13 communes à rentrer un projet dans le cadre de la subvention « mobilité active » de la Région wallonne. Parmi celles-ci, neuf avaient répondu à l'appel. 

Michaël Horevoets
Coordinateur du GRACQ Sud ESEM

Par ailleurs...

12881 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ